Website counter

LES TRIQUOIRES

 

C’est en 1995 que je décidais à laisser à mes enfants ce que j’avais accumulé au cours de mon existence. Nous venions de traverser une période très difficile où pendant quatre ans s’étaient accumulé tout un tas de difficulté de la vie : le chômage, l’accident de Philippe, la maladie puis le décès de Nicole.

Il y avait la villa à Fontenilles: un six pièces construit sur un beau terrain plat tout clôturé, semé d’une belle pelouse où rosiers, fleurs diverses et arbres méditerranéens poussaient agréablement bien, arrosés goutte à goutte avec l’eau du puits que mon père a voulu m’offrir. A l’arrière, un joli jardinet et potager planté de quelques arbres fruitiers, également arrosé par le puits. Attenant à la villa un ancien garage a été transformé en appartement pour ma retraite, un quatre pièces bien agréable fait de mes mains. A côté de celui-ci un autre garage que j’allai rendre habitable afin de donner un cachet supplémentaire au quatre pièces. Attenants au jardinet étaient des volières transformées en deux abris voiture, et un abris pour le stockage du fioul, et divers. A côté du grand auvent d’entré se trouve la chaudière pour le chauffage central , l’eau chaude de la villa et de l’appartement. Devant une grande terrasse nouvellement rénovée, un barbecue en brique toulousaine qui nous fit passer de bons moments.

Depuis un an, nous nous promenions dans les Pyrénées avec un camping-car nouvellement acquis. Nous étions heureux. J’ai donc voulu compléter mon œuvre par la recherche des mes ancêtres afin de savoir autres choses que je savais par ma famille, et surtout cette branche de ‘riches’ pour qui mon arrière grand père serait parti de Caudiès . Il y avait aussi un prêtre dont j’entendais parler, qui était professeur à Elbeuf "dans la région parisienne" disait on à l’époque dans ma famille. De religion catholique, cela m’a toujours intrigué. Le moment était donc venu pour faire partir ces recherches généalogiques.

Je consultais d’abord ma proche famille et cela dérangeait ma sœur car ‘j’allais troubler le sommeil des morts’. Je n’ai point prêté attention à cela. J’ai consulté Marcelle qui avait commencé son arbre généalogique. Elle m’a bien aidé et c’est grâce à elle et sur ma demande que nous avons retrouvé Jean, chanoine à la cathédrale de Rouen, retraité à la maison diocésaine de Bonsecours, curé bâtisseur de son église au Mont Saint Aignan, où il repose aujourd’hui à l’endroit où le prêche lit l'Évangile, paroles de Dieu.. C’est à sa sépulture dans cette église que j’ai connu son beau frère, ses neveux, nièces et cousins.

Il restait cette branche ‘riche’ de Tricoire. Je pense l’avoir trouvée à Maury. Effectivement, en visitant le cimetière de ce village, on a vite fait de se rendre compte qu’à la vue des caveaux, que je baptise de gigantesque, que ce sont des familles aisées, pour l’époque, qui reposent là. Cette branche est donc une cousinage à la mienne.

Jean Joseph né vers 1687 aux Triquoires a eu six enfants avec son épouse Artozouls Françoise. Trois fils et trois Filles. Jean épouse Jeanne à Maury et s’y installe. André épouse Carraud Marie à Caudiès et s’y installe. André Denis épouse Mallet Anne à Camps et s’installe à Maury. Voilà que les Tricoire quittent Les Triquoires et font leur vie pendant plusieurs générations à Maury et Caudiès, alors que leur parents restent et meurent aux Triquoires.

Les descendants de Jean et André Denis deviendrons viticulteurs et feront fortune à Maury. Leurs épouses aussi participent à leur essor. Mais je ne sais pas retrouver leur descendance de ma génération, qui je pense n’est pas éteinte, mais ne se trouve plus à Maury.

André doit continuer la vie d’autrefois qu’il pratiquait aux Triquoires. Il a eu quatre enfant, dont trois décédés dans les trois premières années.

Jean épouse Elisabeth Cannaby qui lui donne cinq enfants dont quatre filles.

Pierre épouse Catherine Jalat qui lui donne neuf enfants dont quatre fils. Le premier est Elie dont Jean Baptiste le curé est l’arrière petit fils. Jean Baptiste est le troisième dont je suis l’arrière petit fils. Elie Auguste qui mourra à l’âge de quatre ans. Pierre qui restera célibataire, boulangé à Maury, sera enseveli à Caudiès.

A partir de cet instant l’arbre est plus compréhensible. Ce que je cherchais, je l’ai trouvé. Mais pour en arriver à cela, il m’a fallu beaucoup de temps, car seul dans ces recherches. Jean Baptiste a quitté Caudiès après l'incendie de la scierie, avec sa famille, pour s'installer à Ginestas. Pourquoi Ginestas?

Mais j’ai aussi découvert le hameau "Les Triquoires". J’ai été très surpris d’apprendre d’un lieu porte mon patronyme. J’ai fait des recherches sur cette origine ; je n’ai rien trouvé sinon que ce sont les hommes, une communauté en ce cas nommée Triquoire, qui a donné le nom au lieu, car l’article placé devant Triquoire désigne la communauté dont "Les Triquoires". Il est vrai qu’en 1604 vivent au hameau deux branches Triquoire, qui ont beaucoup de descendants sans que je relie aujourd’hui ces deux branches. Il y a aussi, comme je dis, quelques "égarés" que je ne sais à quelle branche ils appartiennent.

Mais cela est aussi valable pour Saint Louis qui avec Parahou Grand et Parahou Petit ont cinq branches non reliées en 1655, et dont les Tricoire d’aujourd’hui vivants descendent d’une de ces branches. Il ne faut pas perdre de vue non plus que dans cette commune il y a une bergerie et une ferme qui portent le nom de Tricoire.

Mon travail aujourd’hui est de continuer afin de relier ces branches entre elles, et au moins avec une d’ Anjou.

Mais il y a aussi la branche de ma mère Routelous / Lugan. Là aussi j’ai fait des recherches et trouvé des erreurs, car dans les familles, à l’époque, on se fâchait pour un rien: jalousie, vache ou cheval mal soigné, etc. …, mais un peu comme aujourd’hui, pour des futilités ou même des rivalités. L’homme a un fond méchant, et il faut être très prudent et respectueux  envers ses congénères.

Cette recherche devra se lire comme ceci : Rechercher dans les individus le patronyme qui vous intéresse et cliquer dessus:

       Exemple: Cliquer ADIVESES: une page arrive est vous trouvez deux Adivèses. Cliquer Adivèses Bastien: Une nouvelle page arrive et vous avez les parents de Bastien. vous cliquez la mère TRICOIRE Céline: une nouvelle page arrive avec beaucoup d'informations, et il vous suffit de naviguer ainsi dans l'arbre et remonter à mes ancêtres et voyager avec respect dans le temps où ils ont vécu.

 

Généalogie    Suite